Sea To Peak : journal de 7 jours et 15h de VTT !

Vous savez déjà tout sur les raisons de ma participation et mon bilan sur cette nouvelle épreuve de bikepacking VTT si vous avez consulté mes 2 articles précédents.
Il est maintenant temps que je vous emmène, comme à mon habitude, avec moi sur ces (moins de) 8 jours de vélo à travers certains des plus beaux chemins de France.

Lire la suite

SEA TO PEAK 2021 – Une très belle première édition en moins de 8 jours !

La Sea To Peak est une aventure, une trace, une traversée, un brevet, une course contre soi même créée par Fred, d’Erminig Aventures, et qui reprend dans les grandes lignes, la recette gagnante de la French Divide que j’avais parcourue en 2018, lors de sa 3ème édition.

Annoncée il y a environ 1 an, j’avais suivi d’un oeil intrigué cette nouvelle initiative. L’idée, la trace, la distance correspondait parfaitement à ce que j’affectionne tant : découvrir notre beau pays par les chemins de traverses en se déconnectant de la vie quotidienne. Sans pour autant repartir sur la French Divide, déjà réalisée (même si le parcours évolue).
Je suivrais les informations distillées au compte goutte sur cette nouvelle épreuve et à quelques jours du départ, quand je vois que les planètes sont suffisamment alignées avec notamment une solution de garde pour les enfants, je m’inscris, tel un touriste, vous savez, ceux qui abandonnent le premier ou le deuxième jour car ils n’ont pas le bon matériel, pas le bon entrainement, ou même pas réalisé l’impact émotionnel et mental que ce type d’aventure représente afin de parcourir la France sur un vélo.




Lire la suite

Sea To Peak 2021 – 1ère Edition

Et oui, c’est de l’inscription de dernière minute, même si l’idée me trottait dans la tête depuis bien longtemps, mais ce dimanche 18 juillet 2021, je serai le 50ème et dernier inscrit à prendre le départ de la Sea to Peak 2021, première édition de cette traversée de la France en VTT et en autonomie totale pour un total de 2’017km et 40 000 m de D+ à travers certaines des plus belles régions de France. Tout cela en moins de 13 jours.
Pour tout savoir sur cette participation, c’est par ici ! 

Me suivre !

Tracker :

Vous pourrez me suivre, ainsi que tous les autres participants, en temps réel. Vous verrez, nous serons tous sur la même trace (l’une des raisons de ma participation) mais il y aura de gros écarts au départ, et pour cause ! 39 participants s’élanceront samedi 17 juillet à 6h35 de la pointe de Corsen, à l’Ouest de la Bretagne quand nous serons 11 valeureux à prendre le départ avec 24h de retard du même endroit, le dimanche 18 juillet à 6h35, en espérant en rattraper certains avant l’arrivée à Saint Véran, dans le Queyras, commune des Alpes la plus haute de France à plus de 2000m d’altitude, tout un programme.
C’est Soluchrono qui vous permettra de nous suivre pendant toute la durée de l’épreuve, même pendant notre sommeil, sur le lien suivant : https://solusport.solustop.com/2799/carto
Les plus addicts d’entre vous ne manqueront pas de télécharger l’application SOLUCHRONO afin de nous suivre dans tous les moments de leur quotidien et nous envoyer ainsi plein de bonnes ondes virtuelles !


Enfin, une équipe Média sera sur place et aura à coeur de vous conter de la meilleure de façons c’est aventure humaine et sportive. Vous les connaissez d’ailleurs déjà puisqu’ils officient majestueusement sur la French Divide, la soeur avouée de la Sea to Peak.
https://www.facebook.com/erminig.cc
https://www.instagram.com/erminig.cc/

Mes réseaux sociaux

Etant en France, il me sera facile d’être en contact avec ceux qui le souhaitent (contrairement à la Serbie sur ma TCR 2019 !), je tenterai donc d’animer un peu mes réseaux sociaux pour partager cette épopée, avec photos et anecdotes.
Instagram pour les photos 

Facebook pour le reste
L’inscription a ses sites n’est pas obligatoire et je posterai en publique pour que chacun, même sans compte, puisse visualiser les actualités. Si l’envie de poster me prend, car ce n’est pas le but premier d’une telle aventure !

Ceux qui ont mon numéro, je serai ravi d’avoir de vos nouvelles sur mon portable, majoritairement par SMS ou What’s app. Ne vous offensez pas si je ne prends pas le temps de répondre, tout sera lu, notamment dans les moments plus difficiles, au coeur de la nuit fraiche par exemple !

L’histoire

Après ma superbe TCR en 2019, qui dans le petit monde de l’ultra distance à vélo, est un mythe, un monument et l’année 2020 que l’on connaît tous, je rêvais de repartir quelques jours à vélo.
Pour des raisons familiales, il m’était difficile de prévoir à l’avance une aventure (inscription réalisée moins de 3 semaines avant le départ) et je n’avais pas le temps de travailler une trace GPS. Enfin il fallait que cette dernière soit proche de la maison pour éviter de perdre trop de temps en transports et réagir en cas d’abandon voulu ou forcé rapidement. Après avoir exclu de re participer à la French Divide, c’est la toute dernière née de Erminig, la S2P (Sea to Peak) qui emportait les suffrages : je pose donc mon congé paternité et m’apprête à prendre le départ depuis la pointe bretonne !

C’est une course qui s’inscrit dans l’ADN de la French Divide, elle même inspirée du Tour Divide et de la TCR : la distance est quasiment identique, mais le D+ est plus élevé pour le plaisir des guiboles.

Le principe du brevet est très simple : le chrono ne s’arrête jamais, il y a une trace imposée et 4 CPs pour valider l’avancement.
Les coureurs doivent être totalement autonomes, pas de « drafting » autorisé, pas d’aide extérieure, sauf si elle est équitable pour l’ensemble des participants (exemple : commerces, hôtels etc.).
On se rend alors bien compte qu’au delà de l’aspect sportif, ce sont des facteurs tels que la gestion de l’autosuffisance, la logistique, la capacité d’analyse et d’adaptation que les coureurs doivent affronter tout au long de ce périple rural français hors routes. Car il n’est pas possible de tout prévoir à l’avance.  Rien n’est jamais gagné sur un tel évènement et les seules qualités sportives ne sont pas suffisantes pour envisager ne serait ce que de rejoindre l’arrivée dans les temps. Surtout, la gestion du temps, par tous ces aspects est essentiel. Le but n’est pas de rouler vite, mais de peu s’arrêter ! Et cela permet de profiter de cette aventure pleinement, la vitesse d’un vélo n’étant pas très élevée.

J’avais expliqué en détails ce qui me poussait à prendre part, en 2018, à la French Divide. Ce n’est que plus vrai aujourd’hui ! Je vous laisse relire l’article, mais en gros, cela va bien au delà du sport : c’est un mélange de découverte, voyage, aventure, sortir profondément de mon quotidien, couper, vivre simplement, me recentrer.

Il s’agira surement, personnellement, de l’épreuve la plus difficile pour moi depuis que je fais du bikepacking. N’ayant pas fait un seul évènement depuis la TCR 2019, je n’ai pas fait de longue distance en 2020 et 2021, ni même de VTT. Je ne peux donc pas compter sur mon entrainement et l’habitude de mon organisme à ce genre d’effort. Mentalement, je devrais aussi gérer de nouveaux paramètres familiaux et ne suis pas sure de ma capacité à accepter tous les sacrifices que cela représente. C’est donc en m’y confrontant que j’en saurai plus.

N’attendez donc pas de moi que je sois aux avants postes cette année, ou même que je rallie l’arrivée : prendre le départ est déjà une belle aventure et quelques heures ou jours sur les chemins de France devraient déjà me combler de joie et me fatiguer suffisamment pour le reste de l’été !

Le parcours :

Départ de la pointe de Corsen, à l’extrémité ouest de la Bretagne.
L’arrivée, se joue 2000 km plus loin, à St Véran, village le plus haut de France.
Entre les 2, je passerai :

  • la Bretagne
  • les pays de la Loire et le Poitou
  • Le Limousin
  • Le massif central
  • L’Aveyron
  • La Lozère 
  • L’Ardèche
  • La Drome
  • les Hautes Alpes

    Beaucoup de souvenirs jalonneront donc ce beau parcours (TCR, French Divide, BTR, courses VTT à la Chapelle Taillefer, Embrunman, vacances dans l’Aubrac et j’en passe).
Parcours de la Sea to Peak

Le vélo

Je repars avec le même vélo que sur la French Divide, de l’éprouvé entièrement reconditionné par mon ami Sylvain. Malheureusement, il n’est même pas rodé puisque je n’ai pas fait plus de 5km à son guidon pour des raisons de météo, agenda, et motivation.
Malgré une casse du cadre carbone, que j’ai fait réparer récemment, je suis totalement confiant en ce VTT qui m’a fait vivre tellement de bons moments que ce soit sur des périples au long cours ou des épreuves à la journée.
Je serai donc sur mon VTT Générique Chinois en full Shimano XT double plateau, à l’ancienne ! Malgré le dénivelé, j’ai décidé de partir avec une transmission avec plus de dents : 38-38 devant (contre 36-26 sur la FD) et 11-42 derrière.
Je serai en tubeless en 2.1 (Hutchinson Python derrière et Hutchinson Cobra devant, là aussi comme la FD). La roue avant dynamo, me permettra d’être autonome en électricité pendant toute l’aventure, et assurer un éclairage de qualité : un truc de moins à gérer.
Contrairement à la FD, au vue de mon manque d’entrainement, je privilégie le confort au poids absolu et partirai avec une suspension avant (une RS SID) et des prolongateurs. Mon objectifs et de miser sur le confort, la sécurité et l’autonomie, de réduire les raisons de « ne pas être bien sur le vélo ».

Cette année, je pars avec une mini sacoche de selle (2,5L), voulant limiter le poids et optimiser le centre de gravité, j’aurai une sacoche full frame (6L) dans laquelle la majorité de mes affaires et notamment de quoi dormir seront stockés.
2 petites sacoches de potences (2*1L) pour avoir toujours à manger à porter de main, un porte bouteille complémentaire au guidon (1L) et une petite sacoche sous les prolongateurs pour le duvet (2L).
Le but est d’avoir un vélo à moins de 19kg tous pleins faits (nourriture -environ 1kg- et eau -1,5L-).
C’est un peu « trop » mais j’ai préféré assurer le confort. Pour ceux qui aiment ce genre de listes, voici le détail :


Réparation 1 Chambre à air

2 démontes pneus

1 multi outils

1 maillon rapide

1 pompe 

1 mini boite de rustines

1 pate de dérailleur

1 petite burette d’huile

1 paire de plaquettes de freins

4 colliers Rilsan 
Administratif1 carte ID

Brevet card + 3 billets + 3 CBs + Carte sécu + 3 pièces

antivol Hiplock
ToiletteBrosse à dent

Dentifrice

bouchon oreille titane

Crème bébé pour les fesses

1 tire tics

pq

2 masques

1 burette gel hydroalcoolique
Vêtementstour de coup

gants mi longs

manchettes mérinos

jambières mérinos

Gore tex C5 shakedry

Coupe vent sans manche ultra light

1 doudoune à capuche

1 bonnet light + 1 bonnet de douche (pluie)
Ravitaillement1 cuillère

1 couteau 

2 bidons 750ml

6 snickers

1 pochon de noix diverses

1 sandwich au fromage
NuitMatelas 180cm Thermarest

Duvet plume 450gr (10 degrés)

Couverture survie
Electricitéchargeur mural 4 USB

Cable iphone

1 iPhone + quadlock

1 wahoo Roam (GPS) + support guidon

Cable USB x2 + Cable Exposure Light

1 batterie tampon 10000

1 batterie de secours 3000

1 chargeur convertisseur sur moyeu dynamo Cycle2Charge

1 lampe avant sur dynamo (B&M IQ) + support maison

1 lampe Race Exposure Light (la grosse lampe !) 

1 lampe torche Exposure light pour le casque, le bivouac et secours

1 exposure light arrière grosse autonomie 

1 lampe arrière USB chinoise de secours
Sur moiSous couche mérinos

Bib à poches

Maillot à poches en mérinos

chaussettes 

écouteurs iphone

Lunettes soleil de 0 à 3

Baudrier réfléchissant

Casque

Chaussures automatiques


N’hésitez pas à me poser toutes vos questions en commentaire !

Podcast – David sur la TCR

En janvier dernier, Arnaud Manzanini m’a fait l’honneur de m’interviewer afin que je raconte ma TCR. Et c’est live ci-dessous ! Prenez soin de vous. Sportivement, David

parcours indicatif TCR 2019

TCRNo7 – From Burgas to Brest, 4100 km in less than 12 days.

If you are reading this article, you probably speak a better english than mine. This article was originally written in French for my family and friends. I wrote it, the days after my finish and before the finisher party, to remember well all the feelings and thoughts I had during this trip. Not to forget. This is my very own point of view, and I didn’t change a thing during the translation process, even if, with a few months hindsight now, I would write it in a different way.
I just decided to take advantage of the time available during the lockdown due to Covid-19 to propose an English version. Many faults remain. Do not hesitate to indicate them to me via the contact form to improve this story. Be safe!
It’s also a way to think about 2021 – I would have loved to come back on the TCR in 2021, but it feels like it won’t be possible, so maybe later?

The Transcontinental Race is a legendary race in the long-distance cycling world. It is via the magazine “200” (french magazine) that I discovered that kind of events that were completely new to me in 2016. The feelings, reading articles, blogs, stories of races was strong. I was shaken: it felt like I had rediscovered the very deep reason I rode a bike. Yes, I like cycling, in all its forms, I like to ride on Saturday mornings with friends, doing sprints before entering a village, mountain biking all over France, going through Paris to work on my commute bike. But I missed something. I missed the adventure, the unknown, the real surpassing of oneself, beyond the day, the self-support. My passion for off-road travelling and cycling could finally be reconciled. What drives us to participate in such an adventure?
Lire la suite

Parcours TCRNo7 David Schuster

TCRNo7 – Sur le vélo avec David, de Burgas à Brest en 4100 km en moins de 12 jours

La Transcontinentale Race est une course mythique dans le milieu de la longue distance à vélo. C’est via le magazine 200 que je découvre petit à petit ce monde qui m’était totalement étranger en 2016. L’émotion, à la lecture des articles, des blogs, des récits de courses est forte. Je suis chamboulé : j’ai l’impression d’avoir redécouvert la raison pour laquelle je fais du vélo. Oui j’aime le vélo, sous toutes ses formes, j’aime rouler le samedi matin avec les copains, faire des pancartes, des randos VTT dans toute la France. Mais il me manque quelque chose. Il me manque l’aventure, l’inconnu, le dépassement réel de soi, au delà de la journée. Ma passion pour les voyages hors sentiers battus et le vélo peuvent enfin être concilié.
Comment participe-t-on à une telle aventure ? Lire la suite

parcours indicatif TCR 2019

TCR 2019 – #TCRNo7cap112

Et oui, l’échéance approche, samedi 27 juillet 2019, avec 273 autres fondus de longue distance, je m’élancerai pour 4’000km (et même un peu plus) et 48 000 m de D+ à travers près de 10 pays en Europe. Tout cela en moins de 16 jours.
Pour tout savoir sur la participation de #TCRNo7cap112, mon petit nom de code sur la course, c’est par ici !  Lire la suite

David contre la moissonneuse

CC7 – Paris Auxerre… et puis c’est tout !

Une fois n’est pas coutume, c’est une sortie incomplète que je vais vous relater aujourd’hui. Parti pour une aventure de 700 km en mode Paris – Auxerre – Nevers – Paris, c’est finalement à la gare d’Auxerre que notre aventure de ce samedi 6 juillet s’arrêtera. Mais avec un maximum de plaisir quand même ! Retour sur le 7ème opus de la saison 2019 des Classics Challenge ! Lire la suite

pause glace

CC6 : Paris Laon et retour !

Aller à Laon à vélo depuis Paris, c’est encore une superbe aventure permise par les Classics Challenge. Et comme il y a des belles aventures de prévues cet été, retour sur le vélo aussi avec Xavier, le compagnon des grandes balades ! Retour sur une journée chaude chaude chaude ! Lire la suite

Grand St Bernard dans le déluge

Born To Ride 2019 – Le récit

En octobre 2018, quand les inscriptions pour la BTR 2019 ouvrent, je réagis très vite pour avoir une place à cet évènement. Les places partiront en quelques heures, et je suis surpris par l’engouement du bikepacking en France alors même que Luc Royer, l’organisateur, prévoit un parcours extrêmement difficile pour cette édition. Je ne m’y étais pas trompé et c’est ce que je souhaite vous partager dans ce récit.

Lire la suite