Mazar’Yvette – le Raid 88 km 2017

La météo ensoleillée de ce dimanche 21 mai est toute indiquée pour aller découvrir une rando dans l’Essonne dont j’entends parler depuis plusieurs années : la Mazar’Yvette. Comme c’est la rando club du mois, je n’ai aucune excuse. 

Seul représentant de St Germain au départ à 7h30, je m’acquitte des 5 euros d’inscription (licencié, sur place) : une inscription riquiqui avec 7 parcours au choix de 19 à 88 km.
Je suis évidemment venu pour le 88 km surtout que c’est un grand jour pour moi : j’ai installé ma Sid XX et bien que tous les réglages ne soient pas parfait, j’ai hâte de découvrir la différence avec le tout rigide.

Je m’élance vers 7h45 avec un beau soleil mais il fait encore frais. Heureusement une première côte arrive très rapidement et s’enfonce en single. J’y retrouve Richard et Oliv’ et nous discutons un peu des prochains raids 🙂
Je roule à l’économie : en effet, depuis hier, je fais une crise d’allergie qui me vide complètement d’énergie. Sur route, avec le club, j’ai été obligé de finir à l’abri des roues, à l’agonie et je sens encore que mon organisme est attaqué.
Les 15 premiers kilomètres sont un pur bonheur de monotrace tournicotante, avec quelques bonnes courtes côtes, des racines qui glissent : je ferai souvent la comparaison avec le raid des cadoles. Parti suffisamment tôt, je ne suis pas trop bouchonné et peut doubler facilement.
Très vite, la fourche se révèle : j’adore le fonctionnement des Sid que j’ai toujours trouvé onctueux. Celle-ci, avec son axe de 15 est un diable de rigidité. Du chemin parcouru par Rock Shox depuis ma première Sid SL rouge en 2003 qui se tordait sous le cadre à chaque freinage appuyé de mes V Brake Avid en mangnésium !
La fourche gomme les aspirités des terrains et permet de monter plus vite les chemins empierrés. Les virages en appuis sont bien plus confortables et les descentes se dévalent rapidement. Mais je perds l’extrême légèreté qui me permettait des relances folles en sorties de virages, l’extrême maniabilité : le ressenti du terrain est moins bon et on reprend très vite les mauvaises habitudes d’être moins propre car « c’est pas grave, la fourche est là pour ça ». On global je suis ravi, c’est moins fatiguant, je peux rouler plus vite dans les champs et dans les côtes accidentés (sans parler des descentes) mais je perds l’exclusivité, l’explosivité et la nécessité d’un pilotage pointu.

Au premier ravito, ça ne fait même pas encore une heure que je roule. Un mini verre pour le principe, ciao Richard qui a prévu de rouler avec Oliv et je m’élance sur une boucle d’une vingtaine de kilomètres spécifique au 2 grands parcours. Plus personne, c’est un bonheur. Le début, c’est un terrain de rêve qui me rappelle notamment la Nez de Boeuf. Du single, de la pierre, des racines, du terrain qui ne rend pas, bref, j’adore ! Un mec, que je double s’accrochera pendant toute la boucle à mes basques. J’en profite pour hausser un tout petit peu le rythme, l’avantage de la fourche c’est que sur les chemins de liaisons je peux tenir bon rythme sans me faire trop secouer. Je m’amuse énormément, sur cette boucle, qui alterne super singles où tout passe en rythme, et long chemins à avaler en rythme, et suis presque déçu de déjà revenir au premier ravito avec 36 km au compteur.
Il y a maintenant foule et je trouve, dans un coin, du salé. Certes, il n’est pas 9h30, mais je peux manger du saucisson à toute heure moi !
Je repars bien vite sur le parcours commun, en solo, et ce, jusqu’à la fin.
Beaucoup de chemins de champs, j’ai l’impression de faire du gymcana avec les autres participants, je passe un coup à gauche, un coup à droite. Je maintiens le 30 – 35 km/h dès que c’est plat, c’est l’effet route ça, tout en vélocité. Pas beaucoup de côtes, je suis étonné. Quelques petits chemins plus sympas quand on quitte, pour une poignée de kilomètres, le parcours commun, qui fait alors la part belle aux singles, ça monte et ça descend !
Il fait maintenant bien chaud, que c’est agréable !
Mais je suis fortement embêté par mon pneu arrière qui se dégonfle au fur et à mesure… A la jonction avec le parcours commun, km 50, je dois regonfler et… casse ma pompe… Heureusement, les randonneurs du 50 km me prêtent main forme et je remets un peu de pression, ça ira jusqu’au prochain ravito.

David sur la Mazar'Yvette 88km 2017

David sur la Mazar’Yvette 88km 2017

J’avoine pour rattraper le retard, mais bien longtemps, le ravito, justement, est déjà là !
Et là Mesdames et Messieurs, pour le prix, c’est du 5 étoiles : il y a profusion et grande variété, bravo les gars : riz au lait maison, saucisson, rillettes, fromage, chocolats, pâtes de fruits, bananes, coca cola… Je vais passer la matinée là moi. Qui plus est, l’un des sociétaires du club de l’Yvette possède un camion atelier : ainsi il aide les participants et leurs petits problèmes mécaniques. Je profite donc de sa pompe pour mettre  3 bars dans mon pneus qui perd pour être tranquille jusqu’à la fin ! C’est beau de rouler en pneus lights, mais c’est pas fiables, paroles de David.

Bon, comme je dois laisser un peu de ravito pour les autres, je repars sous un magnifique soleil et dans une belle forêt. Clic clac, la photo, et j’enchaine.
C’est roulant, et parfois un peu lassant, seul. A deux ou trois de même niveau, y’aurait moyen d’envoyer un sacré rythme sur ce parcours. Mais là je dois me relancer sans cesses, entre deux dépassements sur un chemin de champs. Mon esprit s’évade, je pense aux beaux défis à venir, et le plaisir revient : ce sont des kilomètres et des heures de selles bien agréables et qui me serviront plus tard !
Un dernier ravito, spécifique au grand parcours, avec musique et saucisson SVP ! Que l’on est bien reçu dans l’Essonne, de bons ravitos, un bon balisage, et des bénévoles à tous les carrefours dangereux !
Je reconnais d’ailleurs certains passages des Boucles d’Itteville et notamment sa fameuse DH. Je ne suis pas venu souvent dans la région, mais les bons spots sont surement ici !
Dommage que les forêts sympas soient autant éloignés par des champs.
D’ailleurs, il reste maintenant 10 km et plus personne devant les roues : du single en veux tu en voilà, les meilleurs de la journée d’ailleurs, avec des pierres mode granitique dans tous les sens, que c’est bon avec une fourche. ça monte bien, pour atteindre près de 1300 m de D+ dans la journée.
Je me gave de single, de soleil, ça tournicote, ça grip, ça dégrippe. Je double un mec, un peu interloqué quand il découvre que je suis à ce rythme sur le 88, mais on m’a parlé d’une tireuse à bières à l’arrivée avec un hot dog bien chaud et stand de lavage, alors mes 2 grandes roues avalent les derniers kilomètres sans faiblir.

847 participants, c’est donc un succès pour les gars en jaune fluo !
Finalement, sans être en grande forme, ça roulait bien, tout en moulinettes, aujourd’hui. Avec plus de 85 km en 4h10, c’est une matinée bien employée, avec un retour sur St Germain pour le déjeuner, en prime !

Les Plus

  • Des singles hyper sympas
  •  Un prix mini, une orga au top, des ravitos succulents
  • Le soleil
  • Les bénévoles aux intersections
  • Le balisage

Les moins

  • Du roulant parfois un peu lassant en mode solo, mais permettant de faire un gros kilométrage

La trace Strava : https://www.strava.com/activities/998303031

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mazar’Yvette – le Raid 88 km 2017 »

  1. Jean-Pierre Dumoulin

    Beau CR David. J’ai l’impression que c’est une année à allergie, je pense que mon extinction de voix est aussi liée au même problème. Dommage qu’on n’ai pas pu se croiser mais cette année , la boucle spécifique au grand parcours était à la fin donc on est restés derrière toi tout le temps.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s