tabernacienne 2017

Tabernacienne 2017 – Singles et soleil !

J’avais gardé un très bon souvenir de la Tabernacienne 2014 et avais donc inscrit la mouture 2017 à mon calendrier des sorties VTT à faire. Le temps étant de la partie, je rejoins Taverny, dans la fraîcheur matinale pour un départ à 8h30.

Le parking Auchan accueille des vététistes venu de toute la région parisienne. L’école qui accueille la zone de départ est remplie : plus de 700 routiers et plus de 800 vététistes prendront le départ de cette 20ème édition, avec au menu, des parcours variés pour tous les goûts et toutes les distances, le tout pour des tarifs défiant toute concurrence (4€ licencies / 6€ non licenciés). Au vue des prestations, c’est un exploit, bravo au club de Taverny !
Je m’élance rapidement sur le 55 kms et 900m de D+ annoncés, à la poursuite d’Hervé parti quelques minutes plus tôt.
Les 4 premiers kilomètres, il faut le dire, ne sont pas très agréables, puisqu’en ville et sur pistes  cyclables afin de rejoindre la célèbre forêt de Montmorency.

Ensuite, dès que la température monte un peu, c’est une matinée de rêve. J’enroule tout en souplesse les singles, les ascensions jamais assassines, à tel point que l’on peut même se demander où se situent les 920m de D+ en fin de parcours, mais on les aura bien au GPS, et les longs chemins roulants entrecoupés de petites descentes en appuis entre les arbres. Je file comme le vent, prenant appui sur les racines, sur les branches ; le vélo se joue des obstacles à grande vitesse, les relances du 29 pouces en tout rigide sont franches et permettent de s’extraire rapidement des bouchons, dès que l’occasion se présente. Quel plaisir d’enrouler, sous ce beau soleil printanier, un parcours qui fait la part belle aux chemins monotraces, jamais techniques, toujours ludiques. Jamais, sur ce parcours, je ne me lasserai, ayant l’impression de pouvoir tourner éternellement dans ces merveilles de petits singles. Alors certes, les quelques longs chemins roulants de terre sèche mettront mes mains et bras à rude épreuve : c’est que ça tabasse un carbone sans aucune suspension, pneus bien gonflés, mais c’est vite oublié quand l’ascension suivante est gravie au train, quasiment toujours sur le plateau de 38, en cadence.

tabernacienne 2017

tabernacienne 2017

Pour ce remettre de nos émotions, deux ravitos 4 étoiles sont proposés : mini saucissons, gâteaux divers, compote Andros, pâtes de fruits, chocolats, bananes, pâte d’amande, vrai Coca-Cola, sirops divers, j’en passe et des meilleurs. Le soleil nous chauffant le dos, il n’est pas aisé de s’éloigner du stand de nourriture ! Mais un Pédalator, un single, ou juste l’envie de continuer ce panard de tracé à travers les jolis coins du 95, me font remonter sur le destrier.
Il faut faire fi des quelques passages sur route : faut dire que les forêts du coin sont coincées dans des zones industrielles qu’il faut bien traverser. Le temps de vérifier que la machine à mouliner fonctionne toujours, et de se rappeler, que l’on a de la chance de pouvoir profiter de ces belles forêts, tantôt au milieu des fougères, tantôt dans les pins.
Bon, quand un gars avec qui j’ai arsouillé à la Cernaysienne me rattrape après une petite erreur (à ma charge) de parcours et quelques kilomètres supplémentaires au compteur, il est temps d’arrêter le tourisme, et d’enclencher quelques instants, le mode turbo boost. Pas trop longtemps quand même hein, car les 115 km de la veille ont attaqué la machine, enfin le pilote devrais-je dire.
Avec tout ça, c’est déjà fini, presque trop tôt, à peine 11H30 passé. Heureusement, les gars de Taverny nous ont réservé le soleil, une grande esplanade, des stands de vélos, et de quoi nous restaurer avec une mention pour le hot-dog cannette.
Idéal pour se remémorer les singles au fils des arrivées, Pédalator et consorts, Hervé, les jeunes habitués de ce type d’évènements, Aurélien, Fred. Au vue des sourires, même sur les visages des plus jeunes, c’est du tout bon cette rando. Le plaisir est tel que chacun y va de son anecdote sur les raids passés ou à venir, sur le dernier vélo à la mode. Parce que le vélo, ce n’est pas que les jambes, ce sont les copains aussi ! 2h53 de roulage, aucun problème mécanique cette fois, c’est avec plaisir que je reviendrai y poser mes pneus cramponnés. Un peu plus tôt par contre afin d’éviter les bouchons de début de balade. A l’année prochaine donc !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s