Epone « Go Fast » Tour

En ce dimanche de forte chaleur, je me retrouve au départ de l’Epône Tour, au nord de Paris, pour un 72km et 1300 de D+. Retour sur une rando, avalée en mode Go fast ! 

Epone tourAprès mon épopée dans les monts et montagnes françaises (Mont d’Ambazac, Pyrénées, Monts du Lyonnais, 2 Alpes, Alpe d’Huez), je renonce à me rendre aux Cadoles, LE RAID à faire en France pour les amoureux de singles, et décide de me rendre à Epone, à 30 min au nord de Saint Germain en Laye, le long de l’A13, pour me dégourdir les jambes en cette période de repos avant l’Altriman.

Epône, ce sont des souvenirs de courses Ufolep quand je courrais en minime, et un souvenir plus récent, celui d’une côte cassée pour l’ami Didier C. Cette année, je prévois un programme plus calme, afin de ne pas abîmer l’homme (la machine, elle, est déjà bien entamée) et éviter la surchauffe avec les fortes chaleurs de ce dernier weekend de juin.

Après une inscription mini (5€ pour les licenciés), une pensée pour les copains qui sont sur le vélo pour l’Ironman de Nice, je m’élance à 8h tout pile pour 72km.
Le parcours est composé d’une trace commune, à laquelle viennent s’ajouter des boucles (plus ou moins nombreuses en fonction du kilométrage choisi). Je décide donc de les faire toutes.

On rentre rapidement dans le vif du sujet avec tout simplement la plus belle partie de cette rando : la première boucle spécifique au 72km est du côté de Guerville et reprend un single de la Guervilloise. Autant dire, et les connaisseurs me comprendront, que j’avais le sourire en travers du visage ! Une minuscule trace, dans les arbres, qui monte et qui descend, technique à souhait, tout en relance. Un moment de pur bonheur vététesque. Je me prends à rêver d’une Guervilloise bis, et par bien des aspects, les organisateurs auront réussi là un bel exploit. Moi qui regrettais mon choix de ne pas aller aux Cadoles, ça console un peu !
Bon, bien sur, quand on rejoint la trace commune, ça se calme. Quelques liaisons par des chemins de champs, où j’emmène du braquet au milieu du blé doré. C’est joli, c’est ensoleillé, pas un gramme de boue, ça me plait. Et dès que je quitte la trace commune, je suis seul au monde. Je ne croiserai absolument PERSONNE sur les boucles du 72km, et tout au plus une dizaine de participants lorsqu’il y avait des passages communs avec le 62km.

David sur l'epone tour

Certains passages se font dans les forêts, du côté du Bois des Brouillards (Jumeauville) et le sourire redouble : après avoir parcouru du technique à droite et à gauche durant ce dernier mois, je retrouve avec plaisir ses singles si spécifiques à nos forêts du nord et de l’ouest parisien et que j’affectionne tant. Envoyer, entre les arbres, relancer, éviter un rondin, une branche, sortir un peu large, c’est un plaisir que j’assouvis.
Avec tout ça, la vitesse n’est pas bien élevée puisque je n’ai parcouru que 16km la première heure.
J’enchaîne les chemins de champs et de forêt : le balisage est très correct, avec un rappel pour les changements de parcours.
Quelques bons pétards permettent de faire chauffer les jambes, juste ce qu’il faut me rappeler les cols parcourus cette semaine dans les Alpes.
1h50 de roulage, 32 km : premier ravito, très correct. Quelques minutes d’arrêt à l’ombre font du bien. Et on s’y remet.

Epone tour 2015 : récitJe me retrouve totalement seul, et décide d’essayer de maintenir le rythme qui s’élève doucement. Direction Orgeval / les Alluets le Roi : je connais bien ce coin et les traceurs reprennent tous mes singles préférés de cette région. C’est du tout bon les gars d’Epône ! Les côtes se font plus nombreuses, me permettant de relancer sans cesse le rythme. Et dire que je devais rouler cool, et finalement, j’envoie de plus en plus. Je rentre en mode course, et enclenche le turbo. Si ça surchauffe, je réduirai l’allure, advienne que pourra.
C’est un joli festival de singles avalés à mach 2.

2h55 de roulage : kilomètre 55, 2ème ravito. Seul bémol de cette rando pour moi. 2 ravitos pour 72km, surtout avec la chaleur, ça peut être juste pour les gens pour qui cette distance représente déjà une belle aventure. Moi, je saute le ravito, pas faim, et une folle envie d’enclecher le « Turbo Boost ».
Les 18 derniers kilomètres seront avalés en moins de 45 min, à toute allure. Je ne ralentis pas dans les côtes, et me sens même limité par mon double plateau ! ça mouline à qui mieux mieux, en plein soleil, dans les champs et derniers chemins forestiers qui me ramènent à Epône.
11H45, après 3h40 de roulage, j’en termine avec cette jolie balade de 73km. C’est raté pour la balade « tranquille », mais j’avais des jambes aujourd’hui !

Une belle rando à recommander pour la qualité de l’organisation / le prix, et des petits passages d’anthologie (Guerville inside). Mais il faut savoir aussi qu’il y a pas mal de roulant.

Epône tour 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s