Parcours IM Nice : Bis Repetita

Samedi 19 juillet, 7h : il fait déjà chaud sur la côte d’Azur, le temps idéal pour se lancer dans un périple déjà connu. J’ai nommé le superbe parcours de l’IM de Nice, pris après la piste cyclable de la promenade des anglais.

Comme lors de la première fois, en juin, je pars tranquillement sur les 15 premiers kilomètres très roulants que nous parcourons en 32 minutes. Le but est de ne pas forcer Séb à trop emmener de braquet afin de conserver le maximum de forces pour les ascensions à venir. C’est quand même très différent quand on connait le parcours.

Cette fois-ci, je ne me fais pas avoir quand il faut tourner à gauche dans la terrible côte des condamines. Un mur vertical de 500 mètres environ à plus de 15%. Après avoir gravi Pallon sur le parcours de l’Embrunman, ce mur m’impressionne moins, je sais que je le monterai sur le vélo. Je reste assis le plus longtemps possible, Séb à mes côtés, sur le 25 dents. Finalement je suis obligé de me mettre debout sur les pédales, mais ne trouve pas mon rythme. Je préfère monter le 28 dents, que je n’avais pas la dernière fois, me rassois, en moulinant plus. Je franchis le sommet une courte longueur derrière Séb : il est bien plus en forme que la dernière fois ! Pas de temps mort cette fois-ci, nous attaquons l’ascension, pour l’instant sur des pourcentage assez faibles à bon rythme, en nous relayant en fonction des braquets de chacun.

Nous arrivons finalement à ChateauNeuf-Grasse, kilomètre 50 pour nous, après 1h52 de roulage et aucune pause. Nous venons d’ailleurs de nous faire déposer par un cycliste seul qui a trouvé marrant mon maillot VTT sur cette ascension ! Nous sommes maintenant à 400m au dessus du niveau de la mer, d’où nous sommes parti. Nous aurions pu le suivre, au moins quelques kilomètres, mais nous préférons rouler à l’économie, nous avons déjà pas mal de kilomètres dans les jambes cette semaine. Surtout, il fait déjà chaud, et nous devons faire attention à boire très régulièrement.

Montée de Gourdon - IM NICE

Montée de Gourdon – IM NICE

Maintenant, virage en épingle à droite, pour la montée sur Gourdon, puis le Col de l’Ecre. Encore un rythme parfait avec mon compagnon d’échappé, chacun notre tour, nous prenons les rennes de cette ascension, en essayant d’en garder toujours sous le pied. Séb prendra un gel dans l’ascension afin de ne pas taper dans les réserves. Je n’en ressens pas le besoin pour ma part.

Nous arrivons à Gourdon, au bout de 8km, en 30 minutes. J’ai alors 11 minutes d’avance sur mon temps réalisé en juin. Mais cela est selon moi surtout dû au fait que cette fois, Séb est très en forme, me permettant de rouler pile à mon rythme.

Gourdon sous le soleil

Gourdon sous le soleil

Séb rempli les bidons, et quelques instants après, nous attaquons la deuxième parti de l’ascension, le Col de l’Ecre. Je marque un peu plus le pas dans ce début de col, les pauses me faisant toujours aussi mal en repartant. Surtout la chaleur est forte maintenant. Je reste donc calé dans la roue de Séb, pour ne pas forcer. Quand nous attaquons les épingles, à 4km du sommet, ça va mieux, et je peux donc rouler facilement aux côtés de Séb. Je le sens d’ailleurs faiblir un peu, et il finit par se caler dans ma roue, à son tour. Finalement, 1,5km avant le sommet, mes jambes sont revenues, et je monte légèrement le rythme alors que Séb lui, monte un dent de plus. Je suis facile sur le 23 dents, et passe le sommet 2 minutes avec mon coéquipier qui décide ne pas couper et attaquer la rapide descente et surtout le plateau de Caussols directement. En haut du col, nous avons 2h45 de roulage, quand j’en avais 3h tout rond 1 mois auparavant et près de 66km au compteur.

Séb se restaure sur le plateau de Caussols, que nous parcourons tranquillement. Nous attaquons la descente de Gréolière avec 20 minutes d’avance sur notre précédent temps et je reste quelques longueurs derrière Séb dans cette descente que nous faisons sans forcer (contrairement au mois précédent). Les paysages sont toujours aussi superbes, il y a peu de monde sur les routes, vacances estivales obligent, le temps s’est un peu couvert, parfait pour rouler !

Fontaine de Gréolières - parcours IM Nice

Fontaine de Gréolières – parcours IM Nice

A Gréolière, direction la fontaine où Séb m’avait quitté la dernière fois. Cette fois, il recharge les bidons. Nous prenons chacun notre gel, sachant que la côte de Coursegoules, nous attend. Près de 7km d’ascension, dans la forêt, dans une chaleur étouffante.
Nous montons au train, ensemble. Sur les dernières centaines de mètres, je place une attaque, un sprint pour passer le sommet en premier. Séb n’a rien vu venir ! Les jambes sont donc bien là, mais je perds tout de même une minute sur l’ascension par rapport au mois dernier. Il faut dire que je l’avais gravie avec des locaux qui envoyaient bien !

Vue sur Bouyon, redescente vers Nice - Parcours IM Nice

Vue sur Bouyon, redescente vers Nice – Parcours IM Nice

Ensuite nous montons encore un peu, je ne me souvenais pas, et cela fait un peu mal au moral avant d’attaquer la descente sur Nice. Après avoir évité un serpent, arrêt photo et je laisse filer Séb devant. Je n’ai plus rien à boire, mauvaise gestion de mes bidons, j’ai été trop confiant à gréolières, j’aurai dû recharger. J’ai donc déjà bu 2,5 litres… Je marque le pas jusqu’à Bouyon où je sais que je pourrai me restaurer. Maintenant seul, j’en profite pour manger, boire, environ 10 minutes d’arrêt. Je repars à la chasse au Séb, jusqu’au bas de la descente et arrive alors que Séb allait repartir, après 15 min de pause. Nous comprendrons plus tard que cet écart est dû à mes pauses et aux quelques kilomètres, environ 5, loupés dans la descente pour Séb. Je viens juste de prendre un gel coup de fouet, me sentant très juste, et me cale à l’abri dans la roue de Séb, qui a décidé de rouler jusqu’à Cagnes. Pas de difficultés particulières, si ce n’est un vent de face qui sape le moral.

Cagnes sur mer, la plage, le soleil : 5h45 de roulage et 13 minutes de pause au total pour 155km et plus de 2000m de D+ : une bien belle étape, près de 20 min gagnées sur mon temps de Juin. La moyenne passe de 25,5 à 26,8 km/h.

Cagnes sur Mer - Rafraîchissement nécessaire

Une belle fin de semaine dédiée au cyclisme sur route, avec plus de 400 km parcourus en 6 jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s